Accordez-moi, Seigneur, ce vin qui est aussi nécessaire que votre précieux sang. Ce vin, sans quoi, tout ici bas est laid et maussade, ce vin qui rend la vie acceptable, et tolérables les foutus contemporains que vous m'avez données.
Léon Bloy

La Flamme & Léon Bloy

La Flamme, puis La Flamme littéraire, théâtrale, artistique, musicale, politique (à partir du n°12) est une revue mensuelle en trois tomes et 15 numéros, n'ayant paru qu'en 1909 et 1910, le dernier numéro étant celui du 20 juin 1910. Il n'y eut que des textes inédits des participants, le plus célèbre étant Guillaume Apollinaire.

Couverture du n°11

Directeur : Jacques Servy
Rédacteur en chef : Louis Roubaud

Léon Bloy y publia 5 articles, dans les 5 derniers numéros :
  1. 20 février 1910 : A la gloire de Barbey d'Aurevilly (recueilli fragmentairement dans Le Vieux de la Montagne)
  2. 20 mars 1910 : Une crue extraordinaire de bêtise (recueilli dans Le Vieux de la Montagne)
  3. 20 avril 1910 : Histoire du Cochon qui voulait mourir de vieillesse (recueilli dans Le Vieux de la Montagne)
  4. 20 mai 1910 : L'Apothéose de l'idiotie (recueilli dans Le Vieux de la Montagne avec en sous titre "Les rois demandent une grenouille")
  5. 20 juin 1910 : Une résurrection décommandée (recueilli dans Le Vieux de la Montagne sous le titre "Une résurrection")

Outre les articles, voici les mentions et écrits de Léon Bloy dans ce journal (uniquement les numéros 11 à 15 pour le moment) :
  • n°11 - 20 février 1910
    • Lettre à Jacques Servy du 10 février 1910 parlant de l'origine de l'article, destiné d'abord au Paris-Journal (p 351 à 353)
  • n°12 - 20 mars 1910
    • Lettre à Jacques Servy du 10 mars 1910 attaquant Rouveyre, "détraqué" et "ignoble" (p 12). Le brouillon de cette lettre a été vendu le 15 mai 2013 (Thierry de Maigret, n°248)
  • n°13 - 20 avril 1910
    • Lettre de Rouveyre à Jacques Servy du 30 mars 1910 suite à l'attaque de Léon Bloy, suivie d'une lettre de Léon Bloy à La Flamme voulant ainsi clore l'incident (p 27-28)
    • Annonce du livre Derniers Refuges de Jeanne Termier et reproduction de la préface de Léon Bloy (p 51 à 54)
  • n°15 - 20 juin 1910
    • Mention de Léon Bloy dans le texte sur le Salon des Artistes Français, sous-entendu comme étant un grand écrivain catholique (p 225)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire